Interview with Pierre Berthet, CEO of Berthet

Berthet, French watchmaking company founded in 1888, celebrates its 130th anniversary this year. In addition to making its own watches, it supplies components to many other watch brands. The characteristics of its timepieces – hand-wound movements, original complications, in-house skeletonization, affordable prices – make Berthet a distinctive brand with a powerful identity. We had the chance to talk to Pierre Berthet, CEO, about the brand’s work. The original French interview is at the bottom of the page.

Pierre Berthet

Pierre Berthet, thank you for the opportunity. Could you describe the way that you and the other members of your family subdivide roles and responsibilities in your company?

Members of our family have been running the company Berthet since 1888.
I, Pierre Berthet, am currently Director of the Berthet Holding group (the Berthet family group includes Berthet Fabior-Watch as well as Charles Oudin Paris Watches). My brother, Gérard Berthet, is Director of Production at Berthet Horlogerie (www.berthet.com), and Mr Camille Berthet manages the jewellers Charles Oudin in Place Vendome, 75000 Paris (www.oudin.com).

Congratulations on your 130th birthday! How has your collection of watches changed over the course of the years?

Our main production was originally focused on “montre à Gousset” pocket watches, but since the 1950s, the collection was enhanced by the inclusion of men’s and ladies’ wristwatches.
We have always preferred the production of watches with mechanical movement because mechanisms symbolise traditional watchmaking, as opposed to quartz watches.
Our workshops produce components used in mechanical movements, and all the complications used in the watches in our collection.
All our models reflect our quest for originality, both in pocket watches and wristwatches, with movements that are produced exclusively by Berthet, both in skeletonized versions and with components specific to Berthet.

Berthet

You have presented a new model to celebrate your 130th anniversary. Could you describe this watch?

For our 130th anniversary, we chose to produce two watches, one for men and one for women, based on the recommendations arriving directly from our online customers.
The men’s steel watch is inspired by the current trend of Berthet’s skeleton watches. with a 37 mm (16 ½ lignes) 6498 mechanical movement in a black version (anthracite ruthenium or black nickel). The highly original dial displays the Berthet 1888 brand name, with the dates 1888 and 2018. The extensive skeletonization is performed using techniques including high-pressure water jet micro-cutting.
For the mechanical steel ladies’ watch, the same approach is used with an ETA 2824 movement, skeletonized, engraved and given a black surface treatment. The dial shows the same sort of design approach, with an appropriate dial size.
These models reveal a youthful influence, yet they are still collector’s items.

Berthet anniversary watch

Could you tell me about the story of your brand’s motto, Esse quam videri, and the elephant symbol?

esse quam videriThe Berthet motto “esse quam videri”, originating from Pierre Berthet’s years of study of Latin, refers to the need for authenticity that the general public expects of any manufactured item, whether a watch or otherwise.
This motto, which means “to be rather than to appear”, seemed to us to be a perfect expression of our approach to watchmaking.
The elephant is the logo of our “Master hallmark”, which is registered in France and Switzerland and is used to hallmark all our pieces made in precious metals. Claude Berthet chose this symbol when the hallmark was officially registered.

Roughly how many watches do you make every year?

Each year, we produce around 30,000 cases which are sold mainly to Swiss manufacturers. About 10,000 of these are for pocket watches and 5,000 are for wristwatches with complications.
In addition to these we make 15,000 skeletonized watches or complication mechanical movements that we also sell to various watchmaking factories.
We are therefore active in a number of different sectors.

Which are your principal markets?

Clearly, as regards components (cases and movements), our main market is Switzerland, very close to our workshops in Franche-Comté.
As regards our pocket watches and complication watches, our principal market is France, through a network of retailers and directly through our website www.berthet.com, as well as Europe, Japan, and various countries throughout the world.

Berthet workshop

What is the proportion between your online sales and traditional sales?

Sales through the traditional networks are of course still predominant. Many customers need contact with a professional watch seller and want to touch and see the actual watch.
But the trend towards online sales is very strong, irreversible. We are surprised to see “impulse” purchases made on our website, for items at prices ranging from 200 to 3,000 euros.
In addition, we find that our online customers, who are generally fairly young, are always very happy about their purchases.

Some watch brands have a single model that represents a major part of their sales. Is this also true for Berthet? Which is your best-selling watch?

Our sales are geared towards models with a youthful yet classical trend.
Currently our best-sellers are the men’s 43 mm wristwatch with a power reserve indicator, moon phase display and small seconds dial at the 6:00 position, with a very nice 16 1/2 lignes (37 mm) movement, and the same watch with a skeletonized movement of intricate design, in which the components have a deep black surface finish.

Berthet Noctem blanc

Considering the quality of your watches, their originality and the amount of work involved in their creation, their prices are surprisingly low. Is the idea of making quality mechanical watches accessible to a wider public part of your company mission?

That’s exactly it. Our philosophy is not about making beautiful products that are inaccessibly-priced as is often the case for many Swiss brands.

Berthet has developed a lot of expertise in skeletonization. At your manufacture, how much is the process of skeletonizing a movement done by hand, and how much by automated machines?

Each type of movement calls for specific areas of expertise. For reasons of cost, and in accordance with our previous answer, many operations are carried out using modern techniques: digitally-controlled machining and decoration, cutting and laser engraving or micro-cutting and CNC water jet etching. At the same time, the most demanding steps in the production of skeleton movements always involve traditional techniques performed using specialist machines dating back to 1899 and 1904. In particular, the guilloché engraving machines made by Lienhart are for purists who understand the beauty of guilloché decoration. The oscillating weights made for automatic movements by brands such as Breguet are created using machines identical to those that we have in our workshops.

Looking at a watch like Arte Noir, it is incredible that you succeed in removing so much of the mainplate and bridges without compromising stability. Is this process an art based on instinct and experience, or a science based on engineering and calculation?

All this requires a lot of expertise that we have developed over the years, along with the careful control of all machining and component production operations. We have a Swiss-trained engineer, Mr William Berthet, along with some very highly skilled technicians.
Our company has been labelled by the French state as a “living heritage company” due to these unique resources of knowledge acquired over the course of time (http://www.patrimoine-vivant.com).

Berthet Arte Noir Skeleton

The vertical fluting on the caseband gives your watches a note of distinction. Is this part of the Berthet design heritage, or is it a feature of French watchmaking?

Our design is, of course, a perfect combination of our own DNA and typical French expertise. Perhaps our watches show something of the “French touch” without us even realising it!!

Berthet Vintage Aviateur H46

The Vintage Aviateur has very convincing vintage looks, typical of early aviator watches. Did your company make pilots watches in the years between 1915 and 1950?

We did not produce a specific “aviator” watch, but we were inspired by the brand Dodane, which was an official supplier to the French Air Force. We love this theme and this style, which will be the inspiration for further beautiful models in the future.

Berthet Vintage Aviateur H46

The Berthet Agilis has an interesting complication, retrograde minutes, that provides a completely different method of displaying time. Is there any particular reason for your company having chosen this particular function to add to the base movement rather than others?

We are always looking for original displays with a high proportion of technical prowess, while ensuring that the results are affordable, without reaching the disproportionate levels of the big Swiss brands. It’s a real pleasure to see the reaction of customers who are captivated by this original retrograde minute display, or others such as the World Time display (central 24-hour indication, a minute counter at 12:00 and seconds in the 6:00 position) or the satellite time display. We try to think outside the box, but with restraint!

Berthet Agilis reference H43RETRO

Over the course of the last two decades there seems to have been a gradual increase in interest in mechanical watches rather than quartz. In your experience, today is there a similar increasing interest in hand-wound watches rather than automatic?

Our experience of our best-selling model shows that this is indeed the case: it is a 16 1/2 lignes hand-wound watch with power reserve indicator and moon phase. Manual winding is an operation that the customer must perform every day for this movement, with the power reserve indicator displaying the level of winding. In our busy lives, this simple act of winding the watch every day can become a moment of pure pleasure.

In many of your watches you use movements based on the ETA/Unitas 6498-2. What are the qualities of this movement that make it such a favourite in watchmaking?

Firstly, this movement is very popular and has the advantage that it is used in the training of watchmaking students in France and Switzerland. It is a large and robust movement, very easy to regulate and repair, which is one of the reasons for the affordable prices of our finished watches. However, it is also a very good movement that compares well with all other movements, whether made by the Swiss company ETA or by other Swiss manufacturers. For many years now, we have been using the movement as the basis for our complications. In the process of adding the complication, we make nearly all the extra components ourselves, including the new mainplate, bridges (such as a unified bridge replacing the barrel and drive train bridges) and barrels. Our personalization of the base movement also enables us to increase the balance frequency from 18,000 to 21,600 vibrations per hour.

Berthet Orbis Régulateur H43

I believe that you make cases for other companies, including ETA. Does this relationship make it easier for you to have access to ETA movements?

I would like to point out that we sell components, including watch cases (we are the last producer of pocket watch cases in Europe) for classic and standard models, in appreciable quantities. Many of our customers are Swiss, and this is to be expected since Switzerland remains the leading, or at least one of the leading, countries in terms of the number of quality watch manufacturers. We supply a fair amount of components to Swatch Group brands. But the movement manufacturer ETA is of course independent with regard to its business policy for the sale of movements. So we are facing the same uncertainties as any other independent brand regarding ETA orders and delivery delays.

Do you think that ETA’s plans to restrict supply of movements to Swatch Group companies alone will change the situation for smaller brands?

It seems that by 2020 the ETA company will have implemented a new policy with regard to the supply of its mechanical movements to watchmakers. We are of course anxious to understand the situation regarding the purchase of movements so that we can continue developing new complications in our workshops and meet the continuing demand from our loyal customers.

Do you have any tips for owners of hand-wound watches? For example, is it best to wind the watch every day so that you always use the top end of the power reserve? And when you take it off for the night, is there a position that is better than others for laying it down to maximise precision?

To be honest, a manual winding mechanical watch equipped with a 16 1/2 lignes movement does not require any special attention. Its use is pure pleasure. If it is worn every day, it is essential to wind it every day as its power reserve is less than 50 hours.
The movement is regulated in 4 positions: dial up, dial down, crown down and crown up.
The horizontal “dial up” position is the most frequent position of use for the watch and so it corresponds to the most precise regulation. The hardest position for a movement, one that is very common when the watch is worn on the wrist, is the crown-down position, for which deviation tends to be slightly greater, but nonetheless this can still be adjusted to a fine degree of precision, of the order of +/- 5 to 10 seconds, slightly higher than COSC chronometer precision, but still very close.

Your work brings you into constant contact with one of the most mysterious commodities in the world: time. What is your personal definition of time?

Our daily activities bring us into the realms of pure technology, involved in the creation of mechanical indicators of the flow of time, machines that count the passage of seconds. For most people, a timepiece is simply a tool for measurement. But of course, we cannot help thinking about the philosophical side of time as well.
Perhaps we find ourselves constrained by our mode of existence, as in the metaphysics developed by Plato who gave time a position of secondary importance, at best a lower-level reflection of eternity. But on the other hand, we could also share the opinion of Kant in the 18th century, according to which we attribute fundamental importance to time, as it is the most universal way of understanding the phenomena governing our lives.

Thank you, Pierre Berthet!

Thank you! It was a pleasure to have been able to discuss these topics with you.

 

Original French text:

Pierre Berthet, PDG de Berthet Horlogerie, merci de nous avoir accordé cette opportunité. Pourriez-vous décrire la façon dont vous et les membres de votre famille vous divisez les rôles et les responsabilités au sein de votre entreprise ?

Depuis 1888, les membres de notre famille ont dirigés la société Berthet.
Actuellement, comme Berthet Pierre, je suis la dirigeant du groupe Berthet Holding ( Berthet groupe familial comprend Berthet Fabior-Watch ainsi que les Montres Charles Oudin Paris ) M; Berthet Gérard, mon frère est directeur de production de Berthet Horlogerie ( www.berthet.com ) , M. Berthet Camille dirige Charles Oudin joaillerie, place Vendome, 75000 Paris ( www.oudin.com).

Félicitations pour votre 130e anniversaire ! Au fil des ans, votre entreprise a-t-elle fabriqué une collection de montres qui reflète ce parcours historique ?

Notre production principale était, à l’origine orientée vers les montres de poche “montre à Gousset”, depuis les années 1950 la collection s’est enrichie de montres bracelet homme et dame.
Nous avons toujours privilégié la production des montres avec mouvement mécanique car les mécanismes horlogers symbolisent l’horlogerie traditionnelle face aux montres à quartz.
Nos ateliers produisent des composants de mouvement mécanique et toutes les complications dont sont dotées les montres de notre collection.
Tous nos modèles reflètent ce besoin d’originalité en “poche” come en “bracelet” avec des mouvements qui sont uniquement produits par Berthet.
Soit en version squelette, soit avec des complications spécifiques à Berthet

Vous avez présenté un nouveau modèle pour célébrer votre 130e anniversaire. Pourriez-vous décrire cette montre ?

Pour notre 130ème anniversaire, nous avons choisi de produire 2 montres , une homme et une dame sur les indications de nos clients directs sur le net.
La montre homme acier s’inspire de la tendance actuelle des montres “squelette Berthet” avec mouvement mécanique 37mm (16 ½) 6498 en version noire ( ruthénium anthracite ou nickel noir ) avec une cadran très original présentant la marque Berthet 1888 avec les dates 1888 et 2018, entièrement découpé avec, entre autre, des techniques de micro découpe jet d’eau haute pression
Pour la montre dame acier mécanique réponse aux mêmes codes avec un mouvement ETA 2824 découpé en traité noir également avec le même cadran adapté dans la taille
Modèles d’inspiration jeune et pourtant collector

Pourriez-vous me raconter l’histoire de la devise de votre marque, « Esse quam videri », et du symbole de l’éléphant ?

La devise de Berthet “esse quam videri” issue des années de latin de Berthet Pierre fait référence au besoin d’authenticité que les clients du grand public attendent de toute fabrication horlogère ou autre.
Ce logo/devise “ être plutôt que paraitre” nous paraissait représenter le fondement de notre idéologie.
L’éléphant est le logo de notre “poinçon de Maitre” notre poinçon enregistré en France et en Suisse est apposé sur tous les articles en métaux précieux .
Berthet Claude avait choisi ce symbole lors du dépôt officiel du poinçon.

Combien de montres fabriquez-vous environ chaque année ?

Chaque année, nous produisons environ 30 000 boitiers, vendus à différents fabricants, principalement suisses, environ 10 000 montres de poche et 5 000 montres bracelets à complications.
Il faut ajouter les 15 000 mouvements mécaniques squelette ou a complications que nous vendons également à divers fabriques horlogères.
Notre activité couvre ainsi divers secteurs.

Quels sont vos marchés principaux ?

Clairement, pour les composants: boitiers et mouvements, notre principal marché est la Suisse toute proche de nos ateliers en Franche-Comté.
Pour les montres de “poche” et à complications, la France par un réseau de détaillant et la vente directe par le site internet www.berthet.com, l’Europe , le Japon , et divers pays du Monde.

Quelle proportion existe-t-il entre vos ventes en ligne et vos ventes dans les réseaux traditionnels ?

La vente par les réseaux traditionnels reste , bien entendu prépondérante. beaucoup de clients ont besoin du contact avec un professionnel de la vente de montres, le besoin de toucher et de voir la montre réellement.
Mais la tendance très forte des ventes online est irréversible. nous sommes surpris de constater les achats “coup de coeur” réalisés sur notre site pour des valeurs importantes de l’ordre de 200 à 3000 euros.
De plus, nous constatons que ces clients, parfais assez jeunes sont entremêlent satisfaits de leur achat.

Pour certaines marques d’horlogerie, un modèle particulier représente une grande partie de leurs ventes. Est-ce également le cas pour Berthet ? Quel est le modèle de montre que vous vendez le mieux ?

Nos ventes sont orientées vers des modèles avec une tendance jeune pais classique.
Actuellement la montre bracelet homme acier 43mm avec indicateur de réserve de marche, de phase de lune et petite seconde à 6:00 sur un très beau mouvement 16 1/2 ( 37mm ), et la même montre avec un mouvement squelette doté d’une découpe très fine traité en finition noire profond.

Compte tenu de la qualité de vos montres, de leur originalité et de la quantité de travail nécessaire pour les produire, leur prix est étonnamment bas. Est-ce que l’idée de rendre des montres mécaniques de haute qualité accessibles à un public plus vaste fait partie de la philosophie de votre entreprise ?

C’est exactement cela . Notre philosophie n’est pas de rendre inaccessible un beau produit qui coute , en effet très cher dans une grande marque suisse.

Berthet a développé une grande expérience en termes de squelettisation. Dans votre atelier, quelle proportion de la squelettisation d’un mouvement est exécutée à la main et quelle part est, par contre, confiée à des machines automatisées ?

Chaque type de mouvement a ses spécificités. Pour des raisons de prix de revient, et conformément à notre précédente réponse, de nombreuses opérations sont réalisées avec des techniques modernes : usinage et décoration géré par commande numérique, découpe et gravure par laser ou micro découpe et gravure jet d’eau CNC , mais d’autres mouvements squelette très fins sont toujours terminés avec des modes opératoire ou des machines exceptionnelles datant de 1899 et 1904. notamment les machines de gravure par guillochage de marque LIENHART pour les puristes qui connaissent les décors guillochés . les masses de mouvement automatique comme les cadrans de la marque BREGUET sont réalisés sur les mêmes machines que celles que nous avons dans nos ateliers.

En regardant une montre comme « Arte Noir », il est incroyable de constater que vous ayez réussi à découper une telle partie de la platine et des ponts sans compromettre sa stabilité. S’agit-il d’un processus artistique basé sur l’instinct et l’expérience ou plutôt d’une science basée sur l’ingénierie et le calcul ?

Tout cela nécessite un savoir acquis depuis longtemps et le contrôle strict de toutes es opérations d’usinage et de production des composants . Nous disposons d’un ingénieur formé en Suisse M. Berthet William et de techniciens très performants .
Pour information, notre société a été labellisée par l’état français “entreprise du patrimoine vivant” pour son savoir faire ancestral ( http://www.patrimoine-vivant.com ).

Les cannelures verticales sur le boîtier donnent à vos montres une touche particulière. Font-elles partie de l’héritage du design de Berthet ou sont-elles une marque typique de l’horlogerie française ?

Notre design est, bien entendu une parfaite osmose entre notre propre ADN et un savoir faire typiquement français. Nous profitons peut-être , sans forcement nous en apercevoir d’un peu de “french touch” !

La Vintage Aviateur a un aspect vintage particulièrement convainquant, typique des anciennes montres des aviateurs. Votre entreprise a-t-elle fabriqué des montres d’aviateur entre 1915 et 1950 ?

Nous n’avons pas produit de montre spécifiquement “aviateur”, mais nous nous sommes inspiré de marque comme DODANE fournisseur officiel de l’armée de l’air française. Nous aimons cette thématique et ce style, qui devrait nous inspirer de futurs très beaux modèles.

La Berthet Agilis dispose d’une complication intéressante, des minutes rétrogrades, qui renouvelle complètement l’affichage de l’heure. Y-a-t-il une raison particulière pour laquelle votre entreprise a choisi cette fonction spécifique, plutôt qu’une autre, à ajouter au mouvement de base ?

Nous sommes toujours à la recherche d’un affichage original et plutôt technique, sans entrer dans la démesure propre aux grandes marques suisses. C’est un réel plaisir de voir la réaction des clients captivés par cet affichage original de la minute rétrograde ou la montre avec affichage World Time ( 24 heures au centre et minute sur compteur à 12: et seconde à 6:00) ou l’affichage de l’heure par satellite. Nous essayons de casser certains codes, enfin avec modestie !

Au cours des deux dernières décennies, il semblerait y avoir une augmentation croissante de l’intérêt pour les montres mécaniques plutôt que pour les versions au quartz. Selon votre expérience, y-a-t-il, aujourd’hui, un intérêt grandissant similaire pour les montres à remontage manuel par rapport au remontage automatique ?

Notre expérience dans ce domaine est éclairée par notre modèle le plus vendu: montre à mouvement 16 1/2 remontage manuel avec indicateur réserve de marche et phase de lune . le remontage manuel est une opération que le client doit effectuer chaque jour pour ce mouvement, l’indicateur de charge “ réserve de marche” lui indique le niveau de remontage. Pourquoi cette simple intervention ne serait-elle pas un moment de sérénité dans notre vie ou l’emploi du temps est minuté.

Pour nombre de vos montres, vous employez des mouvements basés sur le modèle ETA/Unitas 6498-2. Quelles sont les qualités de ce mouvement qui en ont fait l’un des mécanismes préférés du monde de l’horlogerie ?

D’une part, ce mouvement est très populaire et a profité de base de formation à tous les élève des écoles d’horlogerie en France comme en Suisse . C’est un grand mouvement moins sensible et très facile à contrôler et a réparer : d’ou l’explication des couts plutôt raisonnables des montres terminées. Pour autant c’est un très bon mouvement qui rivalise modestement mais efficacement avec les tous les mouvements suisse Eta ou manufacture suisse. D’autre part, depuis des années pour les besoins de nos complications, nous produisons nous-mêmes quasiment tous les composants de ce mouvement: platine , ponts ( pont unique en replacement des ponts barillet et rouage ) barillet, ce qui nous a permis de passer du 18.000 alternances au 21.600 alternances.

Si je ne m’abuse, vous fabriquez des boîtiers pour d’autres entreprises, y compris ETA. Est-ce que cette relation vous facilite l’accès aux mouvements ETA ?

Il convient de préciser que nous vendons des composants , dont des boitiers de montres ( nous sommes le dernier producteur de boites de montre de poche en Europe ( pour les modèles classiques et standard et en quantité ). Permis tous nos clients, beaucoup sont suisses,c’est normal puisque la Suisse reste le premier ou en tout cas dans les premiers pays en terme de nombre de fabricants de qualité. nous fournissons modestement des marques du Swatch Group. Malgré cela, la fabrique de mouvement ETA est bien entendu indépendante dans sa politique commercial de vente de mouvements.
Nous sommes confrontés aux mêmes aléas concernant les commandes et les délais de livraison de ETA.

Pensez-vous que la décision d’ETA de réduire la fourniture de mouvements aux entreprises du Swatch Group changera la donne pour les plus petites marques ?

Il semble que dés 2020 la société ETA adoptera une nouvelle ligne politique dans la mise à disposition de ses mouvements mécaniques aux fabricants d’horlogerie. Nous sommes impatients de voir dans quelles conditions nous pourrons faire nos achats de mouvements de base afin de pouvoir développer de nouvelles complications dans nos ateliers pour le bonheur de nos fidèles clients.

Avez-vous des conseils à donner aux propriétaires de montres à remontage manuel ? Par exemple, est-il préférable de remonter la montre tous les jours, de façon à toujours utiliser la réserve d’énergie jusqu’à son maximum ? Lorsque vous la retirez le soir, existe-t-il une meilleure position plutôt qu’une autre pour la déposer, afin de maximiser sa précision ?

Très honnêtement une montre mécanique à remontage manuel équipée d’un mouvement 16 1/2 ne nécessite pas d’attention particulière. Son utilisation doit rester un plaisir. Si elle est portée chaque jour son remontage journalier est impératif puisque sa réserve de marche est inférieur à 50 heures.
Le contrôle de marche sur machine a été testé dans 4 positions : cadran en haut / cadran en bas / tige en bas et tige en haut.
La position posée à plat “cadran haut” est la plus fréquente et la mieux réglée. La position la plus contraignante pour le mouvement et pourtant la plus fréquente quand la montre est au poignet est la position tige vers le bas qui donne souvent la variation de marche la moins efficace, mais ce mouvement reste très bien réglé à +/- 5 à 10’, en dehors des versions COSC ( contrôle chronométrique haut de gamme ).

Votre travail vous met constamment en contact avec l’un des biens les plus mystérieux du monde : le temps. Quelle est votre définition personnelle du temps ?

Notre travail quotidien nous plonge dans la technique pure pour produire un indicateur ou “compteur de temps” c’est un simple outil de mesure pour beaucoup.
Et pour autant, nous ne pouvons nous empêcher de penser souvent au coté philosophique du temps .
Nous sommes soumis à notre humeur, tout comme PLATON qui n’accordait au temps qu’une place de second plan, tout au plus d’être une représentation inférieure de l’éternité, et plus souvent comme KANT au XVIIIe siècle nous sommes poussé à grandir le rôle du temps, car on voit la forme la plus universelle de saisir les phénomènes de notre vie.

C’est un vrai plaisir d’avoir conversé sur ces sujet avec vous.
Grand merci à vous, avec nos amitiés.
Pierre Berthet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *